Hunger – Roxane Gay

Roxane Gay est une autrice que je suis particulièrement depuis que j’ai découvert son premier roman Treize jours. Ce dernier a été une lecture poignante, très sombre par le sujet qu’elle y aborde. Le sujet principal est l’enlèvement d’une jeune femme revenue pendant les vacances chez ses parents à Haïti. C’est monnaie courante là-bas pour les familles les plus aisées. Seulement le père ne souhaite pas payer la rançon, sa fille est capturée pendant treize jours. L’enfer sur Terre. Elle est éloignée de son mari et de son bébé mais aussi violée à de nombreuses reprises. Elle va jusqu’à oublier son nom pour les protéger. C’est comme si au fond d’elle-même, elle était déjà morte. Au delà du traitement de la captivité, Roxane Gay évoque aussi l’après, comment continuer à vivre malgré toute la violence qu’on peut subir mentalement et physiquement. C’est une lecture que je n’oublierai pas ! Je vous la recommande mais les âmes sensibles, s’abstenir. Par la suite, Bad feminist a été traduit. Déception pour moi parce que je m’attendais à un essai féministe puissant. J’ai lu des anecdotes de sa vie plus qu’un apport de réflexions sur les conditions des femmes actuellement. Lorsq’un Hunger est sorti, le sujet m’intéressait mais j’étais un peu réticente à l’idée d’être à nouveau déçue. Bien au contraire, Roxane Gay m’a surprise !

Hunger se place entre l’essai & le témoignage. Il prend la forme de Bad feminist mais en plus abouti et mieux construit je trouve. L’autrice veut parler de son rapport à son corps et aux jugements qu’il peut subir par la société. L’esthétique du corps prône aujourd’hui, c’est un critère de valeur pour la personne qui est soumis à un jugement parfois plus que l’intellect. De plus, Roxane Gay est une femme donc on lui assigne plus de pression pour être mince et séduisante.

“C’est ce que l’on apprend à la plupart des filles – qu’elles doivent être fines et menues. Nous ne devons pas prendre de place. On doit nous voir, mais pas nous entendre, et lorsqu’on nous voit, nous devons plaire aux hommes et être acceptables pour la société. La plupart des femmes le savent, elles savent que nous sommes censées disparaître, mais c’et une chose qui doit être répétée haut et fort, encore et encore, afin que nous puissions résister à la soumission que l’on attend de nous”

Son corps est le résultat d’un traumatisme qui va la poursuivre toute sa vie. Comme on a pu s’en douter après la sortie de Treize jours, Roxane Gay a subi un viol collectif alors qu’elle n’avait que 12 ans. Après cela, il y a eu un avant et un après. Difficile de retrouver une certaine innocence, une stabilité après avoir vécu ce drame. On s’est appropriés son corps sans son consentement. Elle pense que c’est de sa faute et n’en parle à personne. Elle va porter ce poids de nombreuses années. Pour combler ce secret qui la ronge, elle va manger. Se remplir sans s’arrêter, modifier ce corps qui a été touché, le cacher. Ne plus exister aux yeux des autres. En grossissant, elle pense éloigner les hommes. Ne pas leur donner envie de désirer. Elle se met dans une cage où elle aura du mal à s’en sortir. Chaque année, les kilos s’accumulent. Avec Hunger, elle nous offre le récit d’un corps brisé.

Sa famille ne comprend pas ce qui la pousse à autant manger. Longtemps elle va fuir la réalité. Elle connaîtra des relations amoureuses malsaines, elle aura des copains comme des copines. Les limites ont été franchies, il n’y en a plus désormais. Elle ne sait pas dire non. La reconstruction est très difficile, sa vie est un yoyo émotionnel. Sans le savoir, elle fera une dépression et son addiction ne sera pas la drogue mais la nourriture. Son plaisir était de manger sans limite, autant qu’elle le souhaitait. Personne ne pouvait lui dire que ce n’était pas ce qu’il fallait faire pour prendre soin d’elle. Peu à peu, elle s’éloigne de ses parents, de ses amis. Elle se fait une bulle bien à elle. Personne n’est là pour la juger.

Heureusement la lecture puis l’écriture vont être des refuges pour Roxane Gay. Ces pratiques l’apaisent, l’obligent à se concentrer. Elle poursuit son chemin avec ses études. Elle enseignera, publiera de nombreux articles sur le web.

Elle nous pousse à réfléchir au quotidien des personnes en surpoids, à reconsidérer notre rapport au corps et à l’image que nous avons de nous-même. Chacun est juge de son propre corps. Nous n’avons aucun droit de dicter ce à quoi l’autre doit ressembler. L’autrice prend des exemples concrets pour montrer que la société ne s’adapte pas aux personnes en surpoids et ne favorise pas l’acceptation des corps au-delà de la norme. Une personne obèse doit prendre deux places dans un avion, est-il normal d’avoir peur de s’assoir dans un lieu public ? Roxane Gay met beaucoup de temps à se détacher de cette carapace qu’elle s’est construite au fil du temps. Elle doit apprendre à aimer ce corps qui la porte chaque jour et ne pas s’infliger tant de peine. C’est un corps qui malgré tout a subi beaucoup de traumatismes mais a su tenir bon. Elle veut changer et accepte que cela soit possible. Elle n’est plus dans un état d’esprit où le changement ne peut avoir lieu. Roxane Gay a fait un vrai travail sur elle.

Hunger est un livre poignant qui amène à réfléchir sur soi et l’acceptation de notre corps tel qu’il est souvent bien loin des normes esthétiques d’aujourd’hui. Roxane Gay nous invite également à ne pas juger les personnes en surpoids mais plutôt d’essayer d’être là pour elle sans leur proposer des régimes miracles. On ne sait pas pourquoi une personne est en surpoids. Seulement, le quotidien est trop souvent une épreuve. Il faut que le corps s’adapte à un standard qu’on nous impose. On voit de plus en plus sur les réseaux, des femmes qui osent se montrer avec un corps avec des rondeurs et c’est beau. Un long chemin a été parcouru, les mentalités évoluent même si ce n’est pas encore ça ! Roxane Gay nous offre un portrait intime de sa vie et une belle leçon de persévérance. On se relève toujours d’une épreuve même si cela peut prendre des années. L’important est de s’aimer !

Une très belle lecture !

Merci aux éditions Points pour l’envoi.

Anaïs

Un commentaire Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s