RL 2019 # Je l’aime – Loulou Robert

le

Loulou Robert fait partie des auteurs que je suis à chaque parution. Je l’ai découverte avec Hope paru en 2017. C’est le second volume de Bianca, le quotidien d’une adolescente anorexique qui a tenté de se suicider et qui est internée. Son écriture est une vraie claque, percutante et il en va de même pour son personnage qui a un regard critique sur la vie malgré son âge. Sujet inconnu quant à lui évoque un amour toxique, destructeur. J’en ai parlé dans un article si vous voulez en savoir plus, cliquez-ici. On s’éloigne ainsi de Bianca, on découvre de nouveaux personnages à l’âge adulte. L’écriture est autant saisissante peut être plus cru notamment avec Je l’aime qui va sortir pour cette nouvelle rentrée littéraire. Ses romans sont nourris par la vie de l’auteure qui est aussi mannequin, un métier qui l’a forgée, l’a faite grandir. Évidemment, ils ne racontent pas sa vie même s’ils peuvent s’en inspirer parfois. Si vous ne connaissez pas cette auteure, je vous conseille vivement d’en lire quelques pages pour vous rendre compte de son style qui fait de ses romans des écrits à part. Le lecteur va adhérer ou reposer le livre immédiatement. Son style est saccadé, il peut paraître simple au premier abord car les phrases sont hachées, courtes. Pourtant le rythme là, on trouve des péites. La langue est sensuelle, poétique, brutale.

Je l’aime, c’est le portrait d’une femme écorchée vive. Elle rencontre l’homme de sa vie, M. Tout va basculer. Ils formeront un couple M&M. La jeune femme part vivre à Paris avec lui. Il est journaliste, elle l’attend chaque soir dans leur petit appartement parisien. L’ennui s’invite chaque jour après son départ. Comment se construire lorsqu’on devient celle qu’on ne veut pas être, la femme dévouée à sa maison et à son mari ? Dès qu’il est là, elle se sent vivante. Elle oublie ses pulsions de mort. Il est celui qui la sauve. Pourtant tout le monde sait que les histoires d’amour finissent mal.

M n’est pas une femme facile à vivre. Elle s’emporte facilement, fait des scènes. Elle a besoin d’attention, qu’on la chérisse. M sait pardonner et heureusement sinon leur couple n’aurait pas duré longtemps. Ils ne vivent pas un amour fou, M est passionnée. Elle souhaite avoir un enfant mais ce n’est pas le cas de M. Il a une vie bien rangé, un boulot : cela lui suffit. Pourquoi s’embêter avec un bébé ? Elle veut qu’il la désire avec passion, qu’il l’aime de tout son être. Elle part pour lui faire comprendre ce qu’il perd, arriver à ses fins. D’elle-même, elle choisit de faire un séjour dans un hôpital psy puis d’en sortir. Elle n’existe pas sans lui, elle se donne à d’autres mais ce n’est pas elle. Elle sert d’appât pour mieux le faire venir et ça marche.

Ils sont l’exception, le couple qui dure dans le temps. Bien entendu, ils ne sont pas parfaits surtout avec son caractère à elle. La vie n’est pas lisse. Le temps passe, le silence entre eux prend naissance puis s’établit durablement. Au fond, ils ne s’oublient pas même s’ils ne s’en rendent pas compte et c’est ça qui est beau. Ils vivent l’un avec l’autre mais aussi l’un sans l’autre. Ils sont indépendants. M ne peut se passer de lui. Elle vit pour l’aimer, elle serait prête à laisser sa vie pour lui. Elle n’abandonne pas ce combat : être auprès de lui malgré tout. L’espoir n’est jamais très loin.

M, ce qu’elle veut c’est exister pour les gens qu’elle aime, la famille qu’elle a construit. Être une femme aimée, pas seulement une mère. Ne plus être une ombre, invisible enfermée dans un quotidien, une maison. Toute sa vie elle va se battre contre son passé, ses démons, son corps, son amour, sa famille. Il serait plus facile pour elle d’abandonner mais elle ne lâche rien. Son personnage est d’autant plus fort. L’amour la fait triompher. M n’est pas seulement folle, on comprend que la vie ne l’a pas épargnée et c’est sa façon à elle d’exister.

C’est un roman que j’ai beaucoup aimé. Le début est un peu déroutant parce que Loulou Robert nous partage un personnage qui est davantage écorché que ses précédents, elle adopte une langue sensuelle, crue. La première partie est sombre, chaotique. La folie de M est omniprésente, on se demande comment cela va se terminer. Plus on avance dans la lecture, plus M est humanisée. C’est une femme comme les autres qui a eu certes un passé compliquée mais qui tente de s’en sortir. Elle crie pour qu’on ne l’oublie pas. C’est une leçon sur l’amour, sur la vie. Il faut se battre pour ce qui a de l’importance, pour ses projets, ceux que l’on aime d’un amour passionné.

Une fois de plus, c’est un plaisir de lire cette auteure qui a une langue saisissante et incisive. Les méandres des sentiments humains sont explorés avec justesse. On s’attache à M, on aimerait faire de son quotidien quelque chose de plus doux. Seulement la vie n’est pas un conte de fée et Loulou Robert le sait bien. Je suis heureuse d’avoir commencé mes lectures de la rentrée littéraire avec ce roman.

À l’année prochaine pour un nouveau roman je l’espère !

Bonnes vacances,

Anaïs

Un commentaire Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s