Vivre ensemble – Emilie Frèche (rentrée littéraire 2018)

Vivre ensemble c’est s’inscrire dans la société, former une famille, construire un couple, accepter l’autre, apprendre de nos aînés. Vivre ensemble signifie de nombreuses choses. Emilie Frèche propose d’aborder cette notion à travers le personnage principal de Deborah. Elle offre au lecteur une critique de notre société qui se veut moderne : un pays qui subit des vagues d’attentats, laisse des hommes entassés à Calais, des politiques corrompus… Les individus ont le besoin de se fédérer autour d’un groupe, de se reconnaître à travers l’autre. Vivre ensemble est un roman plein de tension, d’inattendus. Le lecteur devient observateur, attentif à ce qui se passe devant ses yeux sans agir ou se révolter. Ces pages ne pourront vous laisser indifférents, un très bon roman de la rentrée qui s’inscrit chez Stock.

 

Déborah est en couple avec Pierre, tous deux ont un fils. Léo 13 ans & Salomon 10 ans.  Deux opposés, l’un est sage alors que l’autre est violent. Ils ne cesseront de se différencier pourtant rien ne se passera comme on pourrait le penser. Les attentats sur Paris ont bouleversé leur routine. Les deux adultes ont pris le parti de vivre ensemble, Deborah n’a pas réfléchi et ne veut plus perdre son temps. Ils emménagent donc tous les quatre dans un nouveau lieu, un cocon familial recomposé. Seulement, le bonheur n’est pas aussi simple. Tout au long du roman, on sait que l’horreur s’est produite sans savoir quoi. La curiosité du lecteur est attisée. Pierre est avocat, il rentre tard le soir. Deborah travaille à la maison pour réfléchir à son prochain documentaire pour Arte. Léo s’adapte, Salomon fait sa première crise. Sa présence devient lourde, inquiétante. Sa belle-mère ne connaissait pas ce caractère. Pour elle, il est différent et son père ne lui en a pas touché un mot. Comment repartir sur de nouvelles bases si on ne se sent pas chez soi? Comment son fils vit-il la situation? Au commencement, l’espoir de le voir changer était palpable jusqu’à ce qu’il s’évanouisse. Salomon est un ange face à son père, il sait comment agir et déploie son emprise. L’ex-mari de Déborah s’inquiète pour leur fils, il sent que cela va dégénérer. Salomon est selon son père quelqu’un de supérieurement intelligent, il ne s’en fait pas. La mère de l’enfant terrible est à son image, elle est harcelante, abandonne son fils dès que cela est possible. Plus les jours passent, plus Déborah tente de décrire la situation à Pierre jusqu’au jour où elle saute le pas.

“Vivre ensemble autorise les couples à tout, même à devenir des étrangers”.

Au fil des pages, on en apprend un peu plus sur Pierre. En parcourant sa vie, on essaye de décrypter le comportement de son fils. Lorsque le récit se concentre davantage sur lui, je trouve que c’est moins captivant même si cela sert l’histoire. Deborah a plus de matière, peut-être en tant que victime dans ce roman. On s’identifie davantage à elle, la femme qui essaye de rendre viable son couple, sa nouvelle famille, rendre heureux son fils alors qu’il y a beaucoup de problèmes à régler, ceux avec Salomon, Pierre avec son passé.

La fin du roman (que je ne vous dévoilerai pas) nous désarçonne. Elle est ouverte, déstabilisante. Le lecteur est surpris, ne pouvait s’attendre à ça dans la logique des événements même si certains d’entre vous peuvent la deviner. Vivre ensemble est un roman qui nous fait réfléchir sur ce qui se passe dans nos vies, les événements qui inondent nos écrans sans pouvoir agir. Une famille recomposée n’est pas toujours la promesse d’un long chemin tranquille. Une lecture qui marque les esprits, à recommander à tous ceux qui veulent ressortir sans voix d’un bon roman !

 

Belle lecture,

Anaïs

 

 

Un commentaire Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s