Confidences pour confidences – Philippe Rinaudo

Je vous propose de découvrir un recueil de nouvelles qui mérite d’être connu. Philippe Rinaudo partage cinq nouvelles originales et bien menées.

La première, Galerie des portraits, est peut être celle que je préfère. On découvre un homme qui est passionné de portraits, le couloir de son appartement en est rempli. Il passe devant tous les jours mais ne les connaît pas si bien. Un jour Louise se met à parler, elle étouffe. Qui est-elle ? Elle fait partie d’un portrait et n’en peut plus, il y en a trop. Il va falloir contrer la passion ravageuse de son propriétaire. Etonné, il les questionne. Les tableaux deviennent des personnages à part entière, ils ont un passé. La nouvelle est intéressante par son sujet, dommage qu’elle ne soit pas plus longue.

Un penthouse au paradis est la seconde, on y retrouve une jeune femme qui après un accident tombe dans le coma. Elle fait une sorte de rêve où elle est écrivain. Elle ne peut dormir car l’appartement du dessus est trop bruyant alors que personne ne l’occupe. Un autre monde prend place dans ce dernier, celui des grands auteurs américains que tout le monde auraient voulu connaître. On y voit apparaître les Fitzgérald mais aussi Marilyn Monroe. La nouvelle aurait pu être davantage approfondie mais elle est tout de même séduisante. Quelques pages de plus auraient su contenter le lecteur.

Mr Kandinsky est si je me rappelle bien la plus longue et prend pour décor le Titanic. On rencontre un jeune homme et sa famille collectionneuse d’objets d’art. Il entretient une relation avec Alistair durant la traversée. Au moment du désastre, il ne le retrouve plus. On suppose qu’il est mort mais ce n’est pas aussi simple que ça. Pour ne rien dévoiler et garder le suspens de cette nouvelle, je vous invite à la lire. C’est d’après moi la plus aboutie du recueil.

Les deux dernières sont peut être celles qui m’ont laissé le moins de souvenirs. Sorry Joe revient sur le personnage de Marilyn Monroe après sa mort. Elle partage ce qu’elle a vécu, ressenti durant sa vie. Son âme erre sur la terre, aussi seule que lors de son vivant. Le fume cigarette d’Eva Mary Green revisite Jack l’éventreur.

Un recueil de nouvelles qui peut séduire les amoureux des auteurs américains, d’art, de collectionneurs d’objets en tous genres. L’auteur a une plume tout en finesse, ses nouvelles sont bien construites. D’une manière générale, on en veut davantage et c’est bon signe !

A découvrir,

Bonne lecture…

3 commentaires Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s