L’amour et les forêts – Eric Reinhardt

L’amour et les forêts. Un livre que je n’ai pas aimé. Si je devais le décrire en un mot, cela serait : malsain. Grande déception parce que l’auteur écrit bien, l’histoire de fond est intéressante, une femme qui essaye d’échapper de l’emprise de son mari. Seulement, il va trop loin dans la perversité de son personnage. Il aurait pu faire plus de sous entendus et ne pas épiloguer pour rien. Gâcher l’histoire. Je n’ai pas lu les cinquante dernières pages parce que cela n’apportait rien. Le premier chapitre est également un peu long et répétitif. Beaucoup de points négatifs qui finissent par tâcher le bilan de lecture. Ce n’est pas un auteur vers lequel je me tournerai ou un livre que je peux conseiller. Le lecteur doit savoir à quoi s’attendre.

images

L’auteur parle en son nom, il nous partage un épisode de sa vie. Une lectrice lui a envoyé un courrier qui l’a beaucoup touché. Bénédicte Ombre-danne. Ils vont se rencontrer à deux reprises mais cela suffira à insuffler les mots qui donnera lieu à un roman. Celui que l’on est en train de lire. Je ne sais pas si c’est tiré d’une véritable expérience, on pourrait le croire. Bénédicte enseigne dans un lycée après avoir obtenu son agrégation. Elle est mariée et a deux enfants. Voilà son quotidien, le devant de la scène. Les coulisses ne sont que plus sombres. Après leur rencontre, on entre dans sa vie.

Son mari est une personne toxique, surtout auprès de Bénédicte qui ne s’en détachera pas. Jamais contre toute attente. C’est un manipulateur qui renverse les situations toujours à son profit. Jean-François s’emporte parce qu’il “se comportait, lui, vis à vis d’elle, depuis des années, comme un harceler certifié”. Elle sait bien que son mari peut être humiliant, rabaissant. Il lui demande pardon, elle le laisse seule et décide d’aller sur meetic pour sauter  le pas et changer de vie. Bénédicte veut être une femme, pas seulement une mère. L’auteur va déjà un peu trop loin lors des conversations qu’elle a avec les hommes qu’elle rencontre virtuellement. Réalité ou pas, il prend le parti de la caricature de l’homme qui veut faire des rencontres dans le but de satisfaire sa libido.  Une phrase un peu “cru” passe encore mais sur plusieurs pages, c’est trop et inutile. De plus, cela ne colle pas trop avec le personnage de Bénédicte. À l’opposé des autres, elle discute avec un homme qui lui plaît. Il lui tient une conversation sans faire la moindre allusion au sexe. Elle est satisfaite et propose un rendez-vous. Comme par enchantement, il est parfait. Christian veut même l’épouser. Il passe une journée torride et les détails sont les bienvenus encore une fois.

“ Elle avait envie de cet homme en dehors de toute considération, pour lui même, par gourmandise, comme d’un gâteau auquel elle ne voulait pas résister ”.

Non pas qu’il faut tous les supprimer mais cela manque de réalisme. Le microcosme que décrit l’auteur parait faux, je n’ai pas été séduite par cet épisode de la narration. Elle ne veut pas quitter son quotidien, son mari à cause des enfants.

“ Elle est ridicule ton histoire d’incarcération. Tu es libre, les murs de ta prison n’existent pas, tu peux décider de quitter ton mari du jour au lendemain, si tu en as envie”.

Bénédicte après avoir trompé son mari rentre enfin chez elle pour se faire torturer. Elle finit par avouer qu’elle l’a trompé et pas qu’une fois. L’auteur nous met encore mal à l’aise. Jean-François veut tout savoir dans les détails pour mieux lui pardonner son escapade. Il va jusqu’à la réveiller dans la nuit pour ré-entendre sa version des faits, ça lui donne du plaisir. Alors qu’elle avait eu une bonne impulsion avec Meetic, elle repart dans le quotidien au lieu d’agir et de quitter son mari. On est un peu déçu. Tout ça pour rien.  La relation du couple est toxique, Bénédicte est une victime qui finit par ne plus en pouvoir, elle est à bout. Dans un geste un peu désespéré et à force de ne plus avoir de sommeil à cause de la persécution de son mari, elle ingère de nombreux médicaments. Elle est hospitalisée. Toutefois, Jean-François est la victime pas elle. Pour se rappeler la fameuse journée d’amour, elle la consigne dans un journal dont elle photocopiera les pages pour l’auteur. D’autres histoires d’hommes oppressants sont racontés par ses compagnons de l’hôpital. Elle ne veut plus partir parce qu’elle a trouvé sa place. Son mari n’est pas là pour la contrôler. Elle veut se libérer de lui, de l’enseignement qui la tient recluse. L’édition serait une option. Le retour à la maison est glacial. Les enfants ne sont pas affectueux, son mari continue ce qu’il a toujours fait, l’opprimer. Elle a essayé de le quitter mais il a menacé de tuer les enfants puis de se donner la mort. Aucune limite.

Les échanges avec l’auteur se font par mail avec une adresse qu’elle a créé spécialement. Elle a également deux téléphones pour ne pas éveiller les soupçons avec son mari. Il le découvre et Éric n’a plus de moyen pour la joindre. Il cherche sur la toile et apprend qu’elle est morte. C’est parce qu’il ne devait pas l’oublier qu’il a écrit sur elle. Il voulait savoir ce qui avait causé sa perte. Cancer. La maladie la rongeait, elle s’est tuée toute seule selon sa soeur jumelle. La fin du livre est un retour dans le passé de Bénédicte. La rencontre avec son premier époux puis Jean-François, celui qui lui a gâché la vie.

Bénédicte n’a pas connu d’homme qui l’aimait vraiment à part Christian mais elle y a renoncé. Elle ne s’est pas battue, n’a pas su se protéger.

C’est un roman qu’on ne peut mettre entre toutes les mains, il est souvent oppressant, malsain. Il serait intéressant de savoir si cela se retrouve dans l’écriture de l’auteur ou si c’est seulement dans ce roman. Plusieurs personnes sont de mon avis. Une oeuvre décevante par rapport à la réputation qu’elle entretient et ses nombreux prix littéraires.

Vos avis m’intéressent,

Anaïs.

Un commentaire Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s