Carnets noirs – Stephen King

Je peux dire qu’en 2016, j’ai lu mon premier Stephen King et j’ai aimé ! Ça ne sera pas le dernier.

img_1649

Carnets noirs se compose en deux temps : une narration autour du personnage de Rothstein & de Morris Bellamy ainsi qu’une autre en parallèle avec Pete Saubers et sa famille. Tout commence en 1978, Rothstein est un écrivain américain connu grâce à sa série avec Jimmy Gold, cause de la tragédie à venir. Morris Bellamy est un lecteur qui idolâtre ce personnage d’une manière démesurée. Après avoir entendu des rumeurs laissant croire que l’écrivain continuait d’écrire mais que tous ses manuscrits seraient brûlés à sa mort, l’idée d’empêcher ça germe peu à peu dans son esprit. Il cambriole le domicile de Rothstein et lui fait face. Morris trouve de nombreux manuscrits inédits ainsi que de l’argent, il s’en empare avec l’aide de ses complices. Il échange avec Rothstein mais sur une mauvaise réponse, il le tue.

“ Voilà ce que je veux savoir : pourquoi, au nom du ciel, t’as pas laissé Jimmy Gold tranquille ? ”

“ C’était pas le meurtre qui l’obsédait, c’était le talent gâché ”.

Après ce premier épisode, on se trouve plongé en 2009 dans la famille Saubers. Tom est agent mobilier mais finit par se faire licencier. Sa femme Linda est enseignante mais ils ont des problèmes financiers. Ils ont deux enfants : Peter est l’aîné, Tina la dernière. Tom se rend à un salon de l’emploi avec un ami où une voiture fonce dans la file d’attente. Comme beaucoup, il est gravement blessé. Le décor est posé, on ne fait pas encore le lien entre les deux histoires mais cela ne va tarder. Les deux récits sont très bien menés et rythmés par l’auteur.

Les parents de Pete ne cessent de se disputer, il va trouver un remède efficace lors d’une balade pas loin de chez lui. Un coffre. Ce dernier garde le butin de Morris. La famille est sauvée, Pete va distribuer mensuellement l’argent et cela va durer des années. Ses parents pensent un peu naïvement que c’est un don anonyme à cause du malheur qu’ils ont subi. Ils ne posent pas trop de questions. La tension à la maison n’a plus sa place. Chacun refait des projets.

On se demande alors comment se fait-il que Pete trouve le coffre plein, intact et où se cache Morris. Celui-ci est en prison mais pas pour le meurtre de l’auteur non résolu. Après la folle soirée du cambriolage, il va prendre un verre seul. Peut être même deux etc. L’alcool fait parler son côté obscur. Il viole une jeune femme et se bat avec un policier qui vient la sauver. Il prend perpète. Malheureusement il n’a pas eu le temps de lire la suite de la série.

Pete quant à lui a grandi veut faire des études de Lettres grâce à Jimmy Gold qu’il a dévoré en lisant les carnets noirs. Comme Morris, il a été conquis.

“ Un bon romancier ne guide pas ses personnages, il les suit. Un bon romancier ne créé pas les événements de son histoire, il les regarde se dérouler et ensuite il les écrit. Un bon romancier finit par réaliser qu’il est secrétaire, et non pas un Dieu ”.

Seulement pour financer ses études ainsi que celles de sa soeur, il faut plus d’argent et ils n’en ont pas. Il décide de se séparer des carnets à contre coeur. Il faut trouver une histoire pour tenter de vendre des carnets volés. Cela l’angoisse. Morris après plusieurs demandes de remise en liberté, va enfin être libre. Cora Ann Cooper a un cancer, elle choisit d’abandonner. Morris ne tarde pas à se rendre là où il a entreposé le coffre. Rien. Il soupçonne directement son ami Drew, libraire de livres rares. C’est avec lui que Pete a pris contact. Drew comprenant la valeur des carnets n’hésite pas à menacer Pete si celui-ci ne les lui vend pas. Morris le tue sans hésitation une fois qu’il lui a raconté toute l’histoire avec Pete.

Hodges est un personnage qui vient un peu tardivement s’ajouter à la narration. C’est un ancien policier qui travaille désormais en tant qu’indépendant. Tina va servir de lien pour rattacher ce personnage à la trame principale. C’est un ami de sa meilleure amie Barbara. Tina a des doutes sur son frère, sur la provenance de l’argent et s’inquiète. Hodges va l’écouter.

Toutes les histoires s’entremêlent, chaque détail ou personnage sert désormais l’histoire. La fin dont je ne parlerais pas clôt Carnets noirs par une tension explosive. La folie de Morris connaît son apothéose.

“ J’ai donné ma vie pour ces livres ! J’ai tué pour ces livres ! ”.

Une très bonne lecture & découverte de cet auteur à la hauteur de la renommée de Rothstein. Elle n’est plus à faire et son offre livresque est conséquente. Un roman à dévorer.

Bonne lecture,

Anaïs

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Alala, cet auteur me donne tellement envie, et il est tellement connu dans le genre ! Mais j’en ai déjà tant d’autres à lire haha x)

    Aimé par 1 personne

    1. anaveggie dit :

      Je pense que c’est un bon livre pour le découvrir 🙂 on en est tous là 😉

      Aimé par 1 personne

Répondre à melaniebuisson17 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s